|  |  |  | 

Dossier News Test

Dossier : Choisir un onduleur, technologies & fonctionnement | Revue du FSP Champ 1K TW

Choisir un onduleur technologies & fonctionnement | Découverte du FSP Champ 1K TW – Présentation

Pour des applications de vidéosurveillance sur IP ou autres services nécessitants une continuité des services, les onduleurs électriques jouent un rôle crucial, un rôle de taille qui malheureusement semble trop souvent boudé. Les onduleurs, UPS pour Uninterruptible Power Supply ou encore les alimentations sans interruption (ASI) ou pire (!), alimentation statique sans coupure (ASSC) ne se cantonnent pas à assurer « bêtement » un maintien sous tension des équipements y étant raccordés, mais sont de véritables odes à l’ingénierie dont on oublie bien trop souvent l’existence. La pléthore de marque associée aux innombrables caractéristiques différentes font des onduleurs, des objets souvent achetés au hasard ou par défaut. Destiner bien souvent à rester brasser de la poussière de longues années, les onduleurs ou du moins « certains » onduleurs restent des produits technologiques dotés de nombreuses innovations dont nous allons nous étendre tout au long de cet article en découvrant les nombreuses technologies qui régissent le cosmos des onduleurs.

Bien choisir son Onduleur pour une solution de vidéosurveillance ou autres services nécessitants une alimentation continue est une question pouvant paraître anodine et pourtant, de nombreux points doivent être passés au crible avant décision finale. Pour illustrer ce dossier à base de cas concret, nous avons jeté notre dévolu sur l’onduleur électrique Champ 1K de technologie « On-Line » issu du géant Taiwanais FSP. Un onduleur professionnel haut de gamme idéal pour l’industrie, les PME ou habitations dotées de nombreuses fonctionnalités. Un onduleur particulièrement riche en fonctionnalités associé à une supervision complète en local ou à distance relativement complète. Disponible aux formats « Tour » ou « Rackable » (Champ 1KR) la gamme d’onduleurs « Champ » du fabricant FSP se décline en 5 versions (Champ 1 K – 1000 VA, Champ 2K – 2000 VA, Champ 3 K – 3000 VA, Champ 6K – 6000 VA et Champ 10 K –  10 000 VA). Dans notre cas, nous avons choisi cet onduleur haut de gamme dans le but d’assurer l’alimentation stable et secourue de 3 NAS de vidéosurveillance dotés de 4 disques durs chacun, associé à un Switch 16 ports non POE de marque D-Link. Cette configuration nous permet également de bénéficier d’une protection contre les surtensions non quantifiables, typiques des orages.

Onduleurs : Découvrir les principes de fonctionnement Présentation de l’onduleur « Champ 1K » du fabricant FSP

C’est en 1934 que John Hanley sortit le premier onduleur. Cela peut paraitre absurde et pourtant, le principe de l’onduleur venait d’être bâti. Près d’un siècle plus tard, les onduleurs assurent toujours de nombreuses tâches aux quatre coins du globe dans le domaine des Clouds, BigData, des Datacenters, applications de vidéosurveillance, le domaine du médical, l’industrie et bien évidement le domaine résidentiel compte tenu la recrudescence d’équipements technologiques (NAS, caméras de vidéosurveillance, etc.) présents à domicile. Sur le marché particulièrement florissant des onduleurs, de nombreux acteurs affirment leur présence. Nous citerons EATON, et sa gamme d’onduleurs variés, APC, Infosec et bien sûr FSP, leader dans les alimentations en environnement bureautique, industriel médical et professionnel. Né en 1993 à Taiwan, FSP pour Fortron Source Power Group s’est bâti une solide réputation grâce à de nombreuses collaborations avec des géants de l’informatique tels, Intel, Antec, Zalman, ou encore Nexus pour la fabrication d’alimentations. Les onduleurs FSP, toutes gammes confondues, démarrent avec une puissance nominale de 400 VA pouvant grimper jusqu’à 400 KVA ! (Gamme Grand IND dédiée à l’industrie et/ou domaine médical). FSP se montre également particulièrement actif dans le domaine de l’IoT et des énergies renouvelables, attestant l’investissement des fabricants dans les énergies propres et autres tendances du futur.

Pour ce dossier, nous nous sommes équipés de l’onduleur FSP Champ 1 K bénéficiant d’une puissance nominale de 1000 VA soit 900 watts exploitables (facteur de puissance de 0.9 soit 1000 x 0.9 = 900 watts). Celui-ci offre des fonctions complètes de monitoring en local ou à distance associé à la topologie On-Line l’intégrant au rang des onduleurs électriques haut de gamme (niveau le plus élevé). Idéal pour préserver au maximum le matériel y étant raccordé (surtension, variation de fréquences, orages, foudre, etc.), cette topologie optimise la latence de commutation sur batterie en cas de coupure secteur (délai nul : 0 ms) tout en fournissant un courant de très haute qualité grâce aux processus de conversion/reconversion permanents. En façade, l’écran rétroéclairé bleu permet d’un coup d’œil de bénéficier des tensions d’entrées et de sorties ainsi que de procéder au By-pass (débrayage de l’onduleur) tout en le maintenant alimenté, sous tension. Cet écran affiche également l’état de notre onduleur tels un défaut, le niveau de charge, l’activation ou non du By-pass et bien plus encore. Doté d’un design simple, mais relativement moderne très « corporate » cet onduleur bénéficie de dimensions soutenues et trouvera aisément sa place dans une baie de brassage à proximité d’un enregistreur vidéo déployé en environnement professionnel ou résidentiel. La série « Champ » du fabricant FSP permet de couvrir de vastes applications avec une gamme d’onduleurs allant de 1000 VA jusqu’à 10 000 VA (Champ 10 K) en version rackable ou non. FSP propose à son catalogue de très nombreux onduleurs toute gamme confondue destinés à l’industrie tout comme aux particuliers.

  • Plus d’informations sur le constructeur FSP : www.fsp-group.com.tw

Onduleurs de technologie « On-Line » pour une régulation/transformation parfaite du courant | FSP Champ 1 K

Le courant secteur retrouvé dans nos prises n’est malheureusement pas exempt de linéarité avec des fréquences/tensions fluctuantes associé à une distorsion ou autre parasitage fortement présent. Ce courant « brut de forme » subit les affres de la mutualisation associée aux chutes de tension dues à la distance des lignes (amplifié en milieu rural) en passant par le nombre d’abonnés environnants, à la proximité ou non de la partie haute tension ou encore de la fluctuation de la tension électrique causée par des variations de puissance/charge intermittentes (effet Fliker) dû au démarrage d’appareillages de forte puissance. L’onduleur permet entre guillemets de « privatiser » l’énergie en la retravaillant avec une tension de sortie parfaitement redressée et filtrer de toutes impuretés (fonctionnalités typiques de la technologie On-Line équipant le FSP Champ 1K).

Le courant délivré par le fournisseur d’énergie possède une certaine tolérance oscillant entre +5 et -10 % soit une tension comprise entre 207 VAC et 242 VAC. Des chiffres sensiblement conformes à la réalité bien que des différences notoires peuvent être observées d’un bâtiment à un autre. Cette tolérance peu s’apercevoir à l’écran de notre FSP Champ 1 K qui nous indique une tension d’entrée comprise entre 228 et 242 VAC (mesure effectuée sur un laps de 5 minutes à heures variables – Tension également contrôlée avec un multimètre Fluke 179F – Précision 0,09 %). Après régulation, soit en sortie des prises IEC C13 permettant le raccordement de nos périphériques, la tension se stabilise à 230 VAC (contrôlée également avec une précision de 0,09 %) sans aucune oscillation que ce soit sur la partie tension ou fréquence. Cette stabilité nous offre un courant de (très) haute qualité propre aux onduleurs électriques bénéficiant de la technologie « On-Line » tel le FSP Champ 1K, technologie la plus perfectionnée dans le domaine des onduleurs UPS professionnel. Ce courant alternatif totalement épuré dont une nappe pourrait y être dressé permettra outre la dégustation d’un Lu Rou Fan Taiwanais, de préserver nos NAS dédiés à la vidéosurveillance !

Quelle puissance (en VA) choisir pour un onduleur ? | Onduleur FSP Champ 1 k, 1000 VA de puissance exploitable

La notion de puissance fait partie des critères principaux dans le choix d’un onduleur électrique. Exprimé en VA – Volt Ampère, celle-ci nécessite un soin tout particulier afin de ne pas bénéficier d’un onduleur « sous-calibré » résultant d’une autonomie moindre voir d’une surcharge des sorties engendrant la mise en défaut de celui-ci après un laps de temps spécifique. Si l’on se réfère à de « gros » chiffres, nous ne pourrons que souligner l’installation présente à Fairbanks, en Alaska permettant en cas de coupure de courant, l’alimentation complète en énergie de la ville durant 15 minutes. Cette installation, la plus grande à ce jour soulignons-le, bénéficie d’une puissance de 40 mégawatts soit 40.000.000 VA ou par équivalence 44 000 onduleurs UPS FSP Champ 1 K ! Une puissance stratosphérique inintéressante dans notre cas.

En effet la gamme d’onduleurs du marché oscille plus généralement dans une gamme de puissance comprise entre 350 VA et 1500 VA, ce qui se montre suffisant pour des applications traditionnelles. Pour rappel, la puissance nécessaire d’un onduleur se calcule à l’aide d’une formule simplissime : [Watt/0,66] (150/0,66 = 227 VA. Soit pour notre installation composée de 3 NAS dédiés à la vidéosurveillance ainsi que d’un Switch 16 ports, 227 VA en pleine charge. Dans notre cas, le FSP Champ 1K délivre une puissance de 1000 VA amplement suffisante pour assurer l’autonomie de nos équipements de vidéosurveillance pendant une durée approximative de 40 minutes. Cette information est accessible sur l’écran de notre onduleur, par un décompte du temps une fois l’onduleur exclusivement en alimentation sur batteries. Une belle marge de manœuvre permettant un arrêt automatisé de nos NAS afin de préserver notre matériel. Le choix d’un onduleur de 1000 VA a été également motivé par la possibilité d’extension future. Si déploiement de nouveaux équipements, nous ne serons pas bridées par une puissance moindre nous obligeant à dupliquer notre ASI et/ou de le remplacé.

FSP Champ 1 K : doté de la technologie haut de gamme communément appelée « On-Line à Double conversion »

L’onduleur FSP Champ 1K bénéficie de la technologie « On-Line » véritable carte du luxe dans le domaine des onduleurs électrique. Une technologie déployée pour des applications nécessitant une qualité accrue de courant (domaine de l’industrie, médical, application de vidéosurveillance, appareil de mesure, PC de Gamers, etc.)… En environnement « On-Line », les périphériques y étant raccordés se trouvent « isolés » du secteur. Seul l’onduleur fournit la tension de sortie. L’onduleur UPS FSP Champ 1K est ainsi capable de procéder à une régulation « électronique » extrêmement fine du courant par différents cycles de conversion/reconversion reproduisant ainsi une onde sinusoïdale parfaite, cristalline ! Le courant dans un premier temps va se retrouver « écrémé » de tout type de parasitage, surtension ou autres défauts, puis converti en courant continu. Ce courant continu sera alors « reconverti » en courant alternatif puis distribué à travers les prises IEC C13 permettant l’alimentation de nos périphériques (x3 NAS Asustor AS4004T, AS6404T & un Synology NVR1218 dédié à la vidéosurveillance + un switch de type POE).

Le choix d’un onduleur FSP Champ 1k a pleinement été motivé par l’utilisation de cette technologie offrant des performances intrinsèques d’une qualité sans égal grâce à la création d’un courant indépendamment du réseau de distribution. Rappelons que peu importe la qualité du courant secteur, grâce à l’onduleur, celui-ci sera toujours « recréé » afin d’être constamment régulier sauf dans en mode « ÉCO » le courant brut ne subit pas de traitement spécifique. Véritable plus-value dans le choix d’un onduleur, cette technologie est capable de nous garantir une tension parfaitement stable et nettoyée de toute forme de parasitage avec un temps de commutation tout bonnement nul (0 milliseconde). Grâce à l’électronique embarquée (gestion par microcontrôleur), cette technologie apporte également des fonctionnalités dites « d’autocontrôles » garants d’un parfait fonctionnement au quotidien par une supervision constante.

Les « autotests » peuvent être réglés à intervalles réguliers dans l’administration du FSP Champ. La Double conversion se montre toutefois gourmande avec le Hardware et de surcroît, nécessite une électronique embarquée et un refroidissement supérieur. En opposition à la technologie Line-Interactive, le rendement de la double conversion est théoriquement 5 % inférieur à cette dernière. Un chiffre sans conséquence hormis lors d’un déploiement de plusieurs dizaines, centaines d’onduleurs professionnels dans des applications spécifiques où le facteur de coûts est une variable non négligeable. Pour clore cette partie, il est à souligner que la technologie « On-Line » bénéficie d’une variante nommée « On-Line Delta conversion ». Une variante possédant un rendement supérieur. Cette technologie, particulièrement récente n’est présente que pour une gamme d’onduleurs UPS de forte puissance (5KVA). D’ici quelques années, la technologie On-Line Delta conversion devrait faire parler d’elle dans le domaine des onduleurs de petite taille.

D’autres technologies sont capables d’assurer le bon fonctionnement d’un onduleur, sans rentrer dans moult détails, voici une présentation succincte de la plupart des technologies du marché :

Les onduleurs Line-Interactive communément appelés « en attente active »

Dans la gamme d’onduleurs allant, de 500 à 5000 VA, la technologie Line-Interactive est la plus présente et de surcroit, la plus plébiscitée. Une technologie « intermédiaire » possédant une partie des avantages liés aux onduleurs On-Line » tout en subissant les lacunes des onduleurs dits « Off-Line » à savoir des temps de commutations plus longs associés à un filtrage du courant moins performant. Les onduleurs Line-Interactive restent amplement suffisants pour la plupart des utilisations (protection de systèmes informatiques, de vidéosurveillance, etc.). A contrario des onduleurs Off-Line, cette technologie réduit particulièrement les temps de commutation tout en optimisant la partie filtrage & régulation de la tension secteur (chose qu’un onduleur Off-Line n’est pas capable de faire). En environnement « Line-Interactive, la tension d’entrée bénéficie d’une régulation associée à un filtrage afin de délivrer une alimentation de qualité aux appareils y étant raccordés. La technologie « Line-Interactive » est celle qui se rapproche le plus de la technologie « On-Line » avec la fourniture d’un courant de meilleure qualité en partie filtré associé à des temps de commutation relativement courts (en cas de coupure secteur) compris entre 2 et 3 ms selon les fabricants. Les onduleurs Line-Interactive se montrent adaptés à être déployés dans des environnements légèrement perturbé ou sensible. On pense aux milieux ruraux ne possédant pas toujours d’un courant de haute qualité, mais également aux entreprises ou la nécessité d’un courant stable est une priorité compte tenu la nécessité d’une continuité des services constante. Dans la gamme Line-Interactive de nombreux fabricants se partagent le marché avec une pléthore de produit issue de toute marque. Nous citerons l’onduleur FSP FP 600 qui à puissance identique de l’excellent Nano 600, permet de bénéficier d’un courant réguler et filtrer, chose qu’un onduleur Off-Line ne sera pas capable de faire.

Les onduleurs Off-Line communément appelés « en attente passive »

Les onduleurs électriques Off-Line font partie entre guillemets de l’entrée de gamme des onduleurs. Fonctionnant sur le principe de la veille (onduleur en Stand-by) les onduleurs Off-Line sont recommandés pour des activités basiques telle l’alimentation en secours d’un PC de bureautique, l’alimentation d’une caméra ou divers équipements ne nécessitant pas une source de courant au paroxysme de sa qualité a contrario des appareils de mesure, PC de Gamers, etc. Les équipements y étant raccordés restent normalement alimentés par le réseau classique et seule une coupure secteur viendra « réveiller » l’onduleur le rendant ainsi opérationnel pour assurer la continuité des services. Les temps de commutations en cas de coupure secteur sont d’environ 5 à 10 millisecondes selon les marques. En cas de panne secteur, le commutateur de transfert va basculer automatiquement sur la/les batterie(s) afin d’alimenter le ou les périphériques y étant raccordés. Il s’agit d’un système fiable et éprouvé idéal lors d’un premier achat d’onduleur ou pour des besoins moins exclusifs, moins exigeants. De nombreux fabricants proposent ce type d’onduleur à leurs gammes. Nous citerons les onduleurs APC, FSP, Infosec, Eaton et d’autres marques plus ou moins connues. Les onduleurs de type « Off-Line » sont très souvent proposés dans une fourchette de puissance allant de 420 Voltampères à 1000 VA. Au-delà de 3 kVA, les onduleurs professionnels sont tous, quasi sans exception en technologie dite « On-Line à Double conversion ». Dans la gamme « Off-Line » nous citerons l’excellent FSP Fortron Off-Line – Nano 600, un onduleur UPS silencieux de 600 VA parfaitement adapté à la protection d’une petite solution de vidéosurveillance ou d’un ou plusieurs PC en environnement résidentiels.

Les onduleurs « Standby-ferro » devenus totalement obsolètes de nos jours

Dans la gamme 300 à 15 000 VA, Standby-Ferro était à l’époque « LA » technologie dominante dans le domaine des onduleurs électrique. Dotée d’une grande fiabilité associée à un excellent filtrage du courant, cette technologie se montre toutefois dépassée, voire même totalement dépassée de nos jours. La partie transformation de type « Ferro Résonnant » se montre très peu optimiser en déperdition thermique associée à une distorsion de la tension de sortie non des moindres. Cette technologie présente également des risques d’instabilité majeurs si utilisés avec du matériel à facteur de puissance corrigé, des groupes électrogènes ou autre. En raison de son instabilité associée à son rendement chaotique, Standby-Ferro est une technologie totalement délaissée de nos jours hormis dans de vieillissantes installations non maintenues. Pour illustrer cette technologie, nous citerons l’Intex 1000VA Gaama bénéficiant de cette technologie. Strictement aucun intérêt d’investir dans ce genre de technologie obsolète. D’ailleurs, l’acquisition d’un onduleur Standby-Ferro est quasi-impossible de nos jours et se fera principalement à l’étranger sur des sites marchands.

Tableau récapitulatif par APC des technologies utilisées par les onduleurs

  • Technologie
  • Off-Line
  • Standby-Ferro
  • Line-Interactive
  • On-Line Double Conv.
  • On-Line Delta Conv.
  • Puissances
    Exprimée en kVA
  • 0-0.5 kVA
  • 3-15 kVA
  • 0.5-05 kVA
  • 5-5000 kVA
  • 5-5000 kVA
  • Régulation de la tension
  • Faible
  • Élevée
  • Dépend de la conception
  • Élevée
  • Élevée
  • Rendement moyen
    des onduleurs
  • Très élévé
  • Faible-Moyen
  • Très élévé
  • Faible-Moyen
  • Élevé
  • Onduleur opérationnel
    en permanence
  • Non
  • Non
  • Dépend de la conception
  • Oui
  • Oui

Onduleur manageable quel intérêt ? | FSP Champ 1 k : un onduleur pilotable en réseau, à distance ou en local

Notre onduleur est livré de base avec le logiciel « View Power » permettant d’assurer la supervision de celui-ci associée à l’exécution de nombreux services divers et variés. View Power vient en complément de l’affichage LCD de notre onduleur déjà bien loti en retour d’informations. Ce soft permet surtout d’assurer la partie contrôle & notification de notre onduleur. View Power est capable de récupérer les données de l’onduleur à travers divers protocoles de transmissions tel l’interface série RS-232 (utilisée plutôt en environnement industriel), en USB ou depuis le réseau si doté du module externe optionnel (Réf : SNMP-011 SNMP). Dans le domaine des onduleurs, d’autres protocoles de communication peuvent exister. En industrie, le protocole JBUS/MODBUS revient fréquemment pour le monitoring d’équipement, dont les onduleurs. View Power se montre relativement complet avec de puissantes fonctions de monitoring associé à une pléthore de fonctionnalités de paramétrage. Les alarmes, délais de coupure, plage de tension avant de passer en dérivation « By-pass », le contrôle des prises, la gestion des alertes par mail, SMS ou notifications font de View Power un logiciel particulièrement complet pour notre onduleur.

L’interface JAVA de cet onduleur professionnel est clairement inspirée des Scada – Système de Contrôle et d’Acquisition de données typique de l’industrie. Une interface esthétiquement discutable, mais qui offre de manière claire et succincte toutes les informations nécessaires au premier coup d’œil. Avec son design rudimentaire, cette interface nous ramène tout droit à la bonne vieille époque de Windows XP ! Malgré cela, View Power, possède une interface plutôt bien faite et reste parfaitement ergonomique. La plupart des onduleurs de qualité sont proposés avec un logiciel de supervision. PowerChute pour les onduleurs APC, Intelligent Power chez Eaton, InfoPower chez Infosec permettant une gestion fine des équipements y étant raccordés. Compatible avec de nombreux systèmes d’exploitation (OS Windows, Linux, Mac, Solaris), View Power se montrera idéal déployé en industrie ou en milieu résidentiel. On privilégiera toutefois la connexion TCP/IP et non la connectivité USB pour le monitoring. La connectivité TCP/IP nous permet un déploiement de l’onduleur sur le réseau avec tous les avantages qui en découlent.

D’un point de vue sécurité, il est louable de penser qu’éclipser ce type d’appareils du réseau ne peut qu’être positif, pourtant, l’utilisation de l’unique port USB à des fins de supervision nous empêche l’intégration d’un NAS au FSP Champ 1k. L’intégration d’un NAS à un onduleur va nous permettre en cas de coupure secteur de procéder au « démontage » des volumes du NAS (mode sans échec) afin de sécuriser les données avant extinction automatique. Cette fonctionnalité avancée permet de profiter automatiquement du délai offert par l’onduleur pour éteindre proprement nos NAS de manière 100% automatisée. Pour ceux, qui souhaitent éteindre plusieurs NAS et/ou PC, il sera possible dans le paramétrage des NAS d’activer les fonctions de « Serveurs UPS » tout en utilisant des utilitaires tels « WinNUT » pour l’extinction automatique d’un PC dès qu’une coupure d’énergie est avérée. Ce chapitre souligne l’intérêt de choisir un onduleur équipé d’un port USB à son dos. La partie management est également particulièrement intéressante lorsque l’équipement connecté nécessite un soin de monitoring tout particulier. Les onduleurs en entrées de gamme sont malheureusement moins lotis et ne permettent pas, sauf cas exceptionnel l’arrêt automatisé d’un NAS.

FSP Champ 1 k : des fonctionnalités tels le By-pass associé au mode « ECO » augmentant le rendement moyen des onduleurs

De nombreuses fonctionnalités « de confort » sont présentes sur l’onduleur FSP Champ 1 K. Le démarrage à froid sans alimentation secteur vas nous permettre de fournir une alimentation 100% autonome, sur batterie dans des endroits dépourvus de toute source d’énergie. On peut voir ainsi notre onduleur comme un « générateur de courant autonome ». Une fonctionnalité utile pour certaines applications, mais dans notre cas, dénué de tout intérêt, du moins nous n’en voyons aucun pour l’instant. D’autre fonction plus avancée comme le By-pass suscite de plus vifs intérêts. Le By-pass, présent de série sur notre FSP Champs est de type automatique ou manuel pour des applications spécifiques. Les By-pass automatiques intégrés à certains onduleurs vont permettre de commuter les équipements directement sur le secteur. Les prises IEC C13 se retrouvent alors naturellement alimentées par le réseau « brut » sans bénéficier des capacités de l’onduleur à savoir la régulation de la tension ou la continuité des services en cas de coupure secteur.

Les fonctions de By-pass sont présentes afin d’assurer la continuité des services suite à d’éventuels surcharges, défaut ou anomalie sur l’onduleur. La technologie « By-pass » permet également d’assurer la maintenance lorsque celui-ci est commutable de manière manuelle. En plus du By-pass automatique, le FSP Champ est doté d’un By-pass manuel permettant d’isoler l’onduleur lors des tâches de maintenance sans devoir couper l’alimentation des équipements y étant raccordés. Fonctionnalité présentes principalement sur les onduleurs de tailles conséquentes, le By-pass manuel aussi appelé By-pass de maintenance va nous permettre par exemple, d’intervenir sur l’onduleur lors d’un changement des batteries si celui-ci n’est pas équipé de la fonctionnalité « Hot-Swap » à chaud permettant un remplacement sans coupure de l’onduleur. De nombreux équipements tels des caméras de surveillance et/ou NVR n’apprécient guère les redémarrages. Une raison de plus qui a motivé notre choix de cet onduleur. Sur l’écran d’affichage du FSP Champ 1K, la commutation du By-pass de manière automatique ou manuel est clairement indiquée, évitant toute erreur d’interprétation.

Ce By-pass prend également tout son sens dans les fonctionnalités dites « ÉCO » incluses sur les onduleurs haut de gamme. Le mode ECO intégré nativement au FSP Champ va permettre de commuter les équipements sur le réseau normal (exactement comme une action manuelle sur le By-pass). Toutefois, en cas de coupure secteur, le By-pass viendra automatiquement « switcher » sur l’alimentation par batterie afin de fournir un courant de secours aux équipements raccordés. Le mode « ÉCO » permet d’augmenter le rendement des onduleurs de +/- 6 % et de surcroît l’optimisation de la consommation énergétique par absence de transformation du courant typique des onduleurs « On-Line ». Pour clore tout en simplifiant ce chapitre, nous soulignerons que le mode éco permet à un onduleur « On-Line » de fonctionner sur le principe d’un onduleur Off-Line. Toutefois, la commutation secteur/batterie passe alors à 4 MS contre 0 MS si utilisée en mode « On-Line », n’opposant plus ainsi c’est deux technologies entre elles. FSP avec la gamme d’onduleurs « Champ » propose des fonctionnalités jusqu’à la réservé à des onduleurs de puissance supérieure plutôt destinés à l’industrie.

Choisir un Onduleur – Les facteurs à risque réduisant de manière drastique la durée de vie des batteries intégrées

La principale cause des chutes de performance des onduleurs au fil du temps est sans contexte, les batteries plomb-acide (similaire à celles équipant les systèmes d’alarme) typiques des onduleurs. Soumises à de nombreux cycles de charge/décharge associés à des températures environnantes élevées, celles-ci perdent peu à peu de leurs propriétés au fil des années. La durée de vie des batteries est donnée très souvent à titre indicatif et oscille entre 3 à 5 ans à une température environnante de 25 °C, soit en usage typique. EUROBAT, l’association des fabricants européens d’accumulateurs indique qu’au-dessus une certaine température, 25 °, l’augmentation par tranche de 10 ° réduit la durée de vie moyenne des batteries par 2.

Les batteries de voitures en sont le parfait exemple, avec des cycles de charge/décharge profonds au quotidien associé aux variations extrêmes de température. L’hiver après un trajet routier en est le parfait exemple. La durée de vie des batteries d’onduleurs est comme nous l’avons vu, très sujette aux fluctuations de température. Les onduleurs « On-Line » comme le FSP 1K bénéficient d’un système de ventilation à fort rendement contrairement aux onduleurs « Off-Line » n’ayant pas autant de besoins de refroidissement. En environnement On-Line, la charge constante des batteries « Floating Mode » associée à l’électronique embarquée supplémentaire requiert une déperdition thermique supérieure. Fatalement, et compte tenu de leurs besoins, les onduleurs « On-Line » sont intrinsèquement plus bruyants que leurs homologues « Off-Line ».

Choisir un Onduleur Off-Line, Line-Interactive, On-Line Conclusion : pour quel type d’onduleur doit-on craquer ?

« Choisir un onduleur », « meilleure marque onduleur » ou encore « meilleur onduleur pour un système de vidéosurveillance » sont partie intégrante des principales recherches concernant les onduleurs. À vrai dire, les onduleurs se démarquent surtout par leur technologie plutôt que par leurs marques. Pour ce dossier nous nous sommes appuyés sur un onduleur FSP moins connu que des marques comme Eaton, Infosec, ou APC bien que pourtant énormément déployé aux quatre coins du globe. L’onduleur FSP et sa pléthore de technologie embarquée se trouvent être un allié de taille en environnement industriel, mais également pour les PME, et particuliers souhaitant un produit « premium » pour la protection de leurs équipements de vidéosurveillance par exemple. Un produit de qualité dans le choix des composants électroniques, dans les fonctionnalités proposées et dans son interface distante relativement complète. Choisir un onduleur se montre assez simple, mais nécessite réellement de bien comprendre ce que l’on souhaite protéger et surtout de quelle manière le fera-t-on. Dans nos cas, pour la protection de nos équipements de vidéosurveillance, nous souhaitions un système d’ondulation capable de secourir notre installation (le temps d’une extinction automatique) tout en apportant un courant de haute qualité associé à une partie « management » des plus complète.

Comme nous l’avons vu tout au long de cet article, différentes technologies régissent le domaine des onduleurs et à ce jour, la technologie « On-Line » semble être la plus appropriée grâce à la régulation du courant distribué et ses performants intrinsèque non négligeable pour assurer l’alimentation de matériel sensible. La durée de vie des onduleurs est une tangente bien plus vulnérable aux environnements de déploiement qu’à l’obsolescence programmée. L’électronique embarquée sur notre FSP est de taille conséquente avec des condensateurs assez impressionnants associés aux écoulements d’air parfaitement optimisés. Le choix d’un onduleur « calibré » laissant une marge de manœuvre en matière de puissance sera une des variables à respecter afin de ne pas être bridé à l’avenir. Choisir un onduleur selon sa technologie sera très probablement régi par des coûts budgétaires. Toutefois, le prix des semi-conducteurs s’étant écroulé au fil des années, il est possible de trouver des onduleurs « On-Line » à des tarifs attractifs. Également, il peut être opportun de pratiquer à de la redondance d’onduleur quitte à limiter leurs puissances individuelles. Pour des applications de vidéosurveillance possédant un grand nombre de caméras, la redondance s’applique afin de ne pas être dépendant d’une seule source d’énergie. Cette méthode par séparation physique des onduleurs nous permet d’assurer une continuité des services même partielle en cas de défaillance d’un des onduleurs. Pour terminer ce dossier (de longue taille !), nous tenons à remercier chaleureusement FSP Group pour l’envoi de cet onduleur et tout particulièrement Keiko, pour sa gentillesse et sa disponibilité tout au long de la rédaction de cet article. 🙂

  • Plus d’information sur les onduleurs FSP : www.fsplifestyle.com/fr

choisir-onduleur-fonctionnement-technologie-fsp-champ-1k-tw
REDACTION :

Féru des nouvelles technologies, tout en possédant une fibre "RetroGeek" je suis spécialiste depuis plus de 10 ans dans le domaine de la sureté électronique, autodidacte et perfectionniste avec moi-même, mon métier, au contact des hommes & des machines est la source de mes inspirations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas visible à la publication. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Nom *

Email *

Site internet

Commentaires récents

  • Bonjour Marc, Merci pour votre retour, c’est gentil et toujours appréciable ! Pour répondre à vos questions concernant le brouillage, je vous invite à faire un petit tour sur cet article : <a href="https://www.ass-security.fr/blog/etude-des-alarmes-sans-fil-brouillage-vulnerabilite-perturbation-433-ou-868-mhz/">Brouillage & Vulnérabilité des systèmes d’alarme</a> En cas de coupure courant, les systèmes d’alarme dignes de ce nom tiennent environ 24-48heures sur leurs propres batteries. Concernant le brouillage, n’hésitez pas à lire l’article, justement j’en parle. Il est possible toutefois de passer par des réseaux hors GSM de type LoRa ou Sigfox ce qui fera l’objet prochain d’un dossier consacré à ce type de technologie (les réseaux de transmission LPWAN). Encore merci pour votre commentaire ! Axel

    by Axel Dossier : Comparatif des alarmes maison sans fil certifiées - Quelle alarme sans fil choisir ?

  • Bonjour, Votre article est long et détaillé et pour ce travail de vulgarisation un grand merci :-) Pour moi néanmoins ce la soulève beaucoup d'autres question. Vous semblez favorisez la gamme powermaster de visonic qui présente apparemment d'excellentes caractéristiques. Pour tant celle-ci reste monofréquence et donc facilement brouillable,en quoi cette centrale semble plus sécurisée qu'une autre ? En effet j'imagine qu'une coupure de courant doublée d'un brouillage adéquat va rendre la centrale complètement inopérante. En fait à ce stade je m'étonne du peu d'inventivité des fabriquant d'alarme ...et notamment des centrales à changer de fréquence et/ou a prévoir de base un répéteur GSM éloigné de l'habitation. Un autre point elle ne possède pas de clavier déporté ce qui rends la centrale facilement identifiable et donc neutralisable rapidement. Merci d'avance pour vos précisions.

    by Marcvivi Dossier : Comparatif des alarmes maison sans fil certifiées - Quelle alarme sans fil choisir ?