|  |  | 

Dossier News

Dossier : Les caméras hémisphériques Fisheyes 360° et panoramiques de type multi-capteurs

Dossier : caméra hémisphérique Fisheye 360° / Caméra panoramique multicapteurs

Lors de divers échanges, je m’aperçois bien souvent qu’une demande revient souvent… Il s’agit de l’œil de Lyncée, cette caméra capable de couvrir toute une zone dans les moindres détails avec un visuel parfait sur une plaque minéralogique située à quelques centaines de mètres. Un visuel précis d’un passant au milieu d’une foule et d’autres souhaits parfois irréaliste, du moins pour l’instant… Pourtant à ce jour, une solution ayant fait ses preuves existe et se nomme PTZ pour Pan/Tilt/Zoom. Les caméras dites PTZ, véritables BodyBuildeuse dopées aux hormones de croissance avec leur physique impressionnant, se montrent très souvent inadaptées à bon nombre d’applications. Les caméras PTZ à défaut des caméras panoramique multicapteurs ou Fisheye 360° nécessitent une action manuelle pour le pilotage résultant d’un risque de défaillance humaine dans le contrôle des évènements. Les caméras PTZ peuvent être également programmées pour des cycles de ronde de manière autonome avec malheureusement des temps morts de visualisation et une usure prononcée des mécanismes internes travaillant H24. Enfin, par leur gabarit impressionnant, les dômes dits PTZ ne peuvent pas s’intégrer en toute discrétion à une solution de vidéosurveillance. Loin de là… Les caméras dites hémisphériques et panoramiques peuvent quant à elle, offrir un visuel à 360° sur l’ensemble d’un lieu et permettent la réduction massive du nombre de caméras lors d’une installation de vidéosurveillance. Les caméras hémisphériques dites Fisheye proposent à défaut des caméras panoramiques multicapteurs des attraits physiques indéniables de par leurs faibles dimensions et leur intégration aisées par encastrement dans tout type de faux plafonds. Dans cet article, nous allons démystifier les caméras hémisphériques et découvrir les caméras panoramiques multicapteurs, comprendre leurs intérêts respectifs, décrypter leurs fonctionnements et voir dans quel cas de figure celles-ci peuvent être mise ou pas en œuvre selon la topologie de la zone à surveiller.

Caméras hémisphériques 360° appelées « œil de poisson » : qui sont-elles vraiment ?

Idéales pour la protection des habitations, établissements bancaires, pharmacies, bijouteries, casinos ou encore hôtels, les caméras hémisphériques ont été conçues dans l’unique but de réduire le nombre de caméras nécessaire à la surveillance d’une zone tout en optimisant grandement la couverture globale de cette dernière. L’usage des caméras Fisheye 360° permet également d’optimiser les coûts lors des phases d’installation et de maintenance des systèmes de vidéosurveillance. L’utilisation des caméras Fisheye permet également de réduire le nombre de licences logicielles nécessaire en utilisation conjointe avec un VMS. Un aspect non négligeable dans le cadre d’un déploiement d’une installation comportant de nombreuses caméras de vidéosurveillance. Les caméras « Fisheye 360° » sont capables d’apporter une surveillance à 180° dans le cadre d’une installation murale perpendiculaire au sol et peuvent offrir un visuel à 360° si installées en montage plafond avec comme seule restriction, une hauteur minimale requise. Discrète et élégante, les caméras hémisphériques se montrent particulièrement à leur aise dans des objectifs ou la sécurité des lieux doit respecter un cahier des charges strict en matière de design, d’intégration et de discrétion. Cahier des charges typique des hôtels, chambres d’hôte, casinos ou toute autre application spécifique nécessitant un certain standing en matière de design. Les caméras hémisphériques permettent une installation des plus rapides, dopées par l’avènement du tout POE utilisant un seul et unique câble capable de transiter l’alimentation et les données vers les périphériques. Une caméra Fisheye dite « hémisphérique » excelle pour retranscrire des vues généralistes d’une scène, mais nécessite souvent d’être associé à une ou plusieurs caméras dites traditionnelles, situées dans des zones nécessitant un niveau supérieur de précision. Le choix d’une caméra hémisphérique en 4 ou 5 MP est un minimum syndical pour une surveillance de qualité. En dessous, l’intérêt se montre faible voir inexistant. A contrario, l’usage de la 4K permet d’offrir un niveau de détail bien plus satisfaisant et apporte la possibilité de surveiller de plus grandes étendues ou d’offrir une qualité d’image supérieure. Les caméras Fisheyes hémisphériques possèdent également d’excellentes caractéristiques d’analyse vidéo marketing dans le milieu du commerce. Moins limitées en champs de vision que leurs homologues à objectifs classiques, les caméras hémisphériques sont capables de fournir des résultats d’analyse pertinents en termes de représentation des trajets client, de comptage de personne, d’analyse du comportement des clients face à un produit, d’un rayon et bien plus encore. Dans ce domaine, nous citerons les excellente Mobotix C26 6MP et Panasonic WV-S4550LM dotées de belles performances et surtout d’un encombrement réduit leur permettant de s’intégrer de manière discrète dans tout type de faux plafond ou de manière suspendue. Des valeurs sûres. 🙂

La fameuse vue « œil de poisson » due à l’objectif Hypergone des caméras hémisphériques

Ne bénéficiant pas d’une appellation des plus sexy, l’objectif d’une caméra hémisphérique renvoie à l’utilisateur un flux brut très particulier. L’œil de poisson, résultat de cette fameuse distorsion optique typique d’une caméra hémisphérique est malheureusement inévitable avec les flux bruts générés par les caméras grand-angles Fisheye. Cette vue si particulière et caractéristique principale des caméras hémisphériques, projette à l’utilisateur des images convexes, avec une accentuation particulière aux abords de la scène résultant d’une dégradation notable en termes de qualité. Fort heureusement des processus de correction ou plutôt de redressement d’image permettent de traiter et de reconfigurer en projection classique dite « rectilinéaire » l’image à l’écran. Cette rectification d’image communément appelée « Dewarping » consiste en une correction « logicielle » permettant d’inverser les effets des distorsions géométriques typiques de nos chères caméras Fisheye 360°… Le Dewarping redonne une vue normale à l’utilisateur, une vue totalement conventionnelle qui lui permet de profiter pleinement des qualités de ses caméras Fish-eyes.

Caméra Fisheye 360° / Caméra hémisphériques : des faiblesses rédhibitoires

Les principales lacunes des caméras hémisphériques sont indéniablement le manque de précision sur des sujets distants. Malgré l’avènement de la haute et très haute définition résultant d’une course effrénée au Megapixels, les caméras hémisphériques souffrent toute fois de diverses lacunes, particulièrement dans les recoins, sur les angles de l’image. La distorsion de la lentille visible à l’écran s’accentue par le manque de pixels sur les côtés de l’image. Même en choisissant une caméra Fisheye 360° en haute et très définition, ils substituent toujours des zones fortement pixélisées, principalement sur les côtés de l’image… D’un fabricant à l’autre, les effets sont bien sûr accentués ou non. L’éclairage infrarouge, les performances en luminosité faible et la gamme de correction dynamique restent également bien en décas face aux traditionnelles caméras à simple capteur à résolution équivalente. Dans le cadre d’une surveillance en magasin, les caméras Fisheye 360° permettent d’apporter une vue généraliste des allées ou rayons ne nécessitants pas un degré de précision aussi élevé que certains points critiques d’un magasin. Pour des points spécifiques tels, les caisses, stockage, produits informatiques, jeux vidéo, cosmétique, alcool ou rayon sensibles, l’ajout de caméras dites « traditionnelles » deviendront nécessaire et pallieront aux manques de détail d’une caméra Fisheye 360° rendant difficile l’identification formelle d’un individu. Les restrictions de hauteur de pose des caméras Fisheye peuvent également devenirs un réel handicap selon l’endroit où celles-ci sont déployées. Positionnées à une hauteur insuffisante, les caméras hémisphériques Fisheyes se voient amputées d’une partie de leurs champs de vision et deviennent immédiatement dénuées d’intérêt. Dans ce cas de figure, l’avantage des caméras hémisphériques est tout bonnement réduit à néant et nécessite l’usage de caméras traditionnelles qui sauront prendre la relève avec brio là où les caméras hémisphériques auraient échoué… Dans des besoins d’analyse vidéo, de reconnaissance faciale de détection de mouvement ou toute autre application nécessitant une grande précision, les caméras Fisheye 360° perdent une fois de plus leur combat face aux systèmes de caméras de vidéosurveillance classique. Bien sur la loi de Moore, fameuse loi de Moore dont nous parlons si souvent devrait palier aux lacunes des caméras hémisphériques au fil des années…

Les caméras multicapteurs panoramiques : une alternative aux caméras FisheEye 360° ?

Peu adaptées au milieu résidentiel, les caméras panoramique multicapteurs sont de plus en plus plébiscitées dans le cadre d’une solution de vidéosurveillance urbaine, portuaire, carcérale ou pour la surveillance de grandes étendues. En effet, les caméras multicapteurs à vue panoramique remplacent allègrement plusieurs caméras situées dans une même zone et permettent de s’affranchir de nombreux travaux de génies civils. Les caméras multicapteur telles la Vivotek MA8391-ETV, la DS-2DP1636-D du fabricant Hikvision, l’Axis P3707-PE, la génialissime Panomera W8 du fabricant Dallmeier [Saint-Graal de la caméra multicapteur !] ou plus exotique, la DH-PSD81602N-A360 du fabricant Dahua dotée de 8 objectifs + des fonctions PTZ sans oublier toute la gamme Arecount Vision permettent d’assurer une surveillance pour de vastes espaces tels les entrepôts, les milieux urbains, les gares, les stades, les campus universitaires, parking, ou encore les aéroports. Offrant une bien meilleure couverture associée à une excellente qualité d’image grâce à leurs résolutions élevées (8 à 20 millions de pixels) elles permettent de surpasser les caméras Fisheyes avouants vites leurs limites, particulièrement pour la surveillance de grands espaces. Leurs 4 objectifs (ou plus) à 90 degrés remplacent de manière simple l’installation de quatre caméras traditionnelle et permettent un visuel à 360° avec des flux vidéo indépendants allant de 2 millions à 5 millions de pixels. Les caméras panoramique multicapteurs sont idéales en milieu urbain, déployé pour la surveillance d’un carrefour par exemple.

Au fond, la comparaison d’une caméra hémisphérique face aux systèmes de vidéosurveillance multicapteurs n’a pas vraiment de sens ! Les caméras panoramique multicapteurs sont des unités bénéficiant de véritables caméras intégrées à défaut d’une caméra fish-eye simulant une vue classique à 360° grâce à son unique objectif… Les caméras panoramique multicapteurs permettent un réglage fin de chaque objectif, offrant la possibilité de zoomer dans des zones restreintes. Les caméras panoramiques apportent un niveau de personnalisation idéal pour assurer des surveillances avec un certain niveau de précision. A contrario des caméras Fisheye ne bénéficiant que d’un seul objectif, les caméras multicapteurs en son doté de plusieurs ce qui équivaut physiquement à plusieurs caméras au sein d’une seule et même unité. Flexibles, les caméras multicapteurs panoramiques permettent de sélectionner différents objectifs tel un grand-angle pour la surveillance d’un carrefour en passant par un angle plus restreint pour une surveillance spécifique d’une ruelle plus étroite le tout dans une seule et même caméra. Étant de plus en plus plébiscitées pour la surveillance de vastes étendues, les caméras panoramique multicapteurs restent toutefois assez onéreuses. Sur des projets d’envergure, elles apportent le bénéfice de réduire fortement les coûts par une réduction massive de la main-d’œuvre associée à une réduction drastique du câblage nécessaire grâce à la technologie POE permettant de transité 4 flux vidéos sur un unique câble réseau.

L’arrivé de l’encodage H.265 apporte un nouveau souffle aux caméras panoramiques multicapteurs

Véritable tendance de la vidéosurveillance en cette année 2018, l’arrivée de l’encodage H.265 ou encore H.265+ (propre à Dahua et Hikvision) permet aux caméras panoramiques multicapteurs et Fisheyes d’être comme un poisson dans l’eau ! En effet, les caméras panoramique multicapteurs sont capables à défaut des caméras hémisphériques d’afficher plusieurs flux différents avec des angles de vues sur mesure comme nous l’évoquions précédemment. Si nous prenons l’exemple de l’excellentissime « Contera Panoramic » du fabricant Arecont Vision avec ses 20 millions de pixels répartis à travers 4 objectifs de 5 millions de pixels chacun soit une résolution totale de 10 368 H x 1944 pixels, nous arrivons à 5MP de pixels par « canal » ce qui commence à se montrer plus qu’énergivore avec la bande passante. Déployé en 4 ou 5 exemplaires cela nous ramène par équivalence à l’usage de 20 caméras de 5 millions de pixels. Cela donne matière à réflexion dans le bon choix d’un codec pour le dimensionnement des unités de stockage. La généralisation du H.265 permet comme nous l’avions présenté dans ce récent article : Choisir une caméra de vidéosurveillance IP H.264 H.265 de supporter plus facilement la généralisation des objectifs Mégapixels et d’optimiser la bande passante résultant d’un besoin de stockage revu (nettement) à la baisse face au vieillissant H.264 MPEG-4 AVC approuvé en 2004. L’encodage H.265 prend tout son sens dans des installations plus conséquentes et de surcroît répond de manière adéquate aux actuelles exigences de plus en plus élevées dans le domaine de la vidéosurveillance.

Conclusion : Dans quel environnement déployer les caméras hémisphériques 360° ou caméras panoramiques communément appelés caméras multicapteurs

Associées à un VMS, les caméras hémisphériques permettent de réduire drastiquement les coûts par la réduction de nombre de licences nécessaire, la simplification de la main-d’œuvre associée à des coûts de câblages moindres. La maintenance est également optimisée par la réduction massive du nombre de caméras à contrôler. Quant aux caméras multicapteurs, celles-ci rencontrent un franc succès chez nos voisins d’outre-Manche qui n’hésite plus à les déployer massivement dans les centres-villes, centres commerciaux, campus, etc. Les caméras panoramique multicapteurs sont véritablement de précieuses alliées pour répondre à la demande de certaines applications. Avec leur vue à 180 ou 360°, elles permettent de couvrir de grand espace. Toutefois, il est important de bien évaluer l’environnement avant toute prise de décision. Dans de nombreux cas, de plus classiques caméras à objectifs fixe ou motorisée peuvent largement faire l’affaire selon l’étendue à protéger. En version 360° les caméras dites Fisheyes se montent idéales pour la surveillance en industrie des chaines de production, les salles de ventes, les casinos, les allées de supermarchés ou tout autre grand espace nécessitant une couverture complète. Quant aux caméras Fisheye 180°, celles-ci se montrent idéales pour une surveillance des comptoirs de caisse, cage d’escalier, ou tout autre espace large et rectiligne. Les caméras multicapteurs dites panoramiques vont plutôt trouver leur place dans de grand et très grand espace tel des parkings des centres commerciaux, en milieu urbain, pour la protection des gares, aéroport, ligne de métro, grandes aires de stockage ou toute autre application nécessitant une certaine précision associée à une qualité d’image indiscutable.

camera-fisheye-camera-panoramique-360
REDACTION :

Féru des nouvelles technologies, tout en possédant une fibre "RetroGeek" je suis spécialiste depuis plus de 10 ans dans le domaine de la sureté électronique, autodidacte et perfectionniste avec moi-même, mon métier, au contact des hommes & des machines est la source de mes inspirations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Votre email ne sera pas visible à la publication. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Nom *

Email *

Site internet

Commentaires récents

  • Bonjour Marc, Merci pour votre retour, c’est gentil et toujours appréciable ! Pour répondre à vos questions concernant le brouillage, je vous invite à faire un petit tour sur cet article : <a href="https://www.ass-security.fr/blog/etude-des-alarmes-sans-fil-brouillage-vulnerabilite-perturbation-433-ou-868-mhz/">Brouillage & Vulnérabilité des systèmes d’alarme</a> En cas de coupure courant, les systèmes d’alarme dignes de ce nom tiennent environ 24-48heures sur leurs propres batteries. Concernant le brouillage, n’hésitez pas à lire l’article, justement j’en parle. Il est possible toutefois de passer par des réseaux hors GSM de type LoRa ou Sigfox ce qui fera l’objet prochain d’un dossier consacré à ce type de technologie (les réseaux de transmission LPWAN). Encore merci pour votre commentaire ! Axel

    by Axel Dossier : Comparatif des alarmes maison sans fil certifiées - Quelle alarme sans fil choisir ?

  • Bonjour, Votre article est long et détaillé et pour ce travail de vulgarisation un grand merci :-) Pour moi néanmoins ce la soulève beaucoup d'autres question. Vous semblez favorisez la gamme powermaster de visonic qui présente apparemment d'excellentes caractéristiques. Pour tant celle-ci reste monofréquence et donc facilement brouillable,en quoi cette centrale semble plus sécurisée qu'une autre ? En effet j'imagine qu'une coupure de courant doublée d'un brouillage adéquat va rendre la centrale complètement inopérante. En fait à ce stade je m'étonne du peu d'inventivité des fabriquant d'alarme ...et notamment des centrales à changer de fréquence et/ou a prévoir de base un répéteur GSM éloigné de l'habitation. Un autre point elle ne possède pas de clavier déporté ce qui rends la centrale facilement identifiable et donc neutralisable rapidement. Merci d'avance pour vos précisions.

    by Marcvivi Dossier : Comparatif des alarmes maison sans fil certifiées - Quelle alarme sans fil choisir ?